Mon âme a vraiment soif de toi.
Une terre épuisée, voilà ce qu’elle est pour toi.
Avec mon âme, dans la nuit je t’ai désiré ;
De tout mon cœur je t’ai alors recherché.
De près, mon âme t’a suivi.
Constamment, avec toi je suis.
Ma main droite tu l'as saisie.
Je n’ai pas peur ô Dieu, car tu m’affermis !
Mes yeux ont devancés les veilles de la nuit
Pour que je m’intéresse à tes écrits.
Après tes cours d’eau, mon âme a langui :
Je deviendrai un arbre béni
Dont le feuillage ne sera pas flétrie,
Apportant au temps de sécheresse du fruit.

Elodie

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×