Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
Pourquoi ma foi est-elle ballottée
Par les immenses vagues de la mer ?
Tends donc ta main, car je me noie ô Père !

Ne me rejette pas loin de ta face !
Bien qu’en effet la folie m’ait atteint,
Mon cœur porte toujours ta dédicace.
Tu me guériras, tu prendras ma main.

Je n’ai pas peur, ô Jéhovah mon Dieu !
N’es-tu point le Berger par excellence,
Guidant tes brebis jusqu’à ton saint lieu ?
Tu me porteras dans ta bienveillance.

Kévin

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site