Dans ma tente logeaient chagrins et pleurs ;
car devant toi je devins un pécheur
dont les os m’engloutissaient de doux leurres.
Mais toi, ô Père, tu pris ton serviteur,
l’harponnant tendrement vers ta faveur.
Oh ! Que ma harpe te loue ! Oui, chaque heure,
j’annoncerai ton salut de tout cœur.

Version PDF

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site