Improvisé le 17 juillet 2013

De nuit comme de jour,
au lever comme au coucher ;
ton souffle me porte,
ton esprit me relève.
Il me conduit au pays de la justice,
ton lieu de repos bien arrosé.
Il fait de moi un arbre vertueux,
un cèdre fleurissant au printemps nouveau.
Tu respires, et mon âme s’élève ;
tu souffles, et mon coeur s’apaise.
Meilleur que l’alizée,
et plus doux que l’aquilon,
ton esprit de bonté me mènera à coup sûr
à la terre promise : l’héritage de Jéhovah.

Version PDF

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site